Sandra Lorenzi & Marie-Nathalie Jauffret

Capture d’écran 2014-12-08 à 15.24.01

« Sourire et résilience, crise et société »

Ces mots sont à la base du travail de Sandra Lorenzi et Marie-Nathalie Jauffret qui lie et confronte deux méthodes d’expérimentation, entre recherche et pratique plastique pluridisciplinaires. Le résultat de cet échange questionne des spécificités de langage, et plus précisément celles du sens attribué au sourire.
Entre artificialité et mise à distance du spectateur, le sourire ne deviendrait-il pas un masque ?
Ici, maîtrise de soi et développement personnel mettent en évidence notre rapport à la culture et à ses fondement. L’installation présentée dans #Prospect fait le lien entre différents objets du quotidien pour mieux construire un ensemble cohérent, un espace de questionnement.

10846753_10204043509580414_100886413_n

Alys Demeure & Ivana Strazic

Capture d’écran 2014-12-08 à 15.04.41Ivana Strazic travaille en laboratoire sur la reconstitution osseuse à partir de biomatériaux. Doctorante et artiste confrontent ici leurs méthodes de recherche autours d’un sujet d’étude commun : l’os.

Une installation qui interroge le rapport entre production, disparition et reconstitution. Le processus de recherche est ainsi exhibé dans son entièreté. En perpétuelle gestation, le projet met en évidence le caractère évolutif de cette exposition. Elle illustre l’état de la recherche en cours, en présentant la base documentaire de leur travail : photographies provenant des recherches plastique de Demeure et matériaux issus des recherches scientifiques de Strazic.

L’espace de présentation est matérialisé par un fil de nylon, forme empruntée aux terrains de fouille archéologique, et encadre différents modules. En ce sens, l’installation envisage l’ossature comme construction architecturale.

 10822468_10204043508620390_1151915560_n

Jérôme Grivel & Cédric Févotte

Capture d’écran 2014-12-08 à 16.14.20

 

Les recherches de Févotte sur la séparation des signaux audio sont au coeur de l’installation, dite Pavillon, de #Prospect. La construction met en place un protocole d’expérimentation à travers la déambulation, l’intégration du visiteur et la perturbation de son environnement.

L’espace mathématiques, représenté par ces signaux isolés, se confronte à l’espace réel physique montrant deux visions, deux langages, deux de traiter l’information.

10859741_10204043509380409_762018150_n

Les Artistes

Capture d’écran 2014-12-08 à 14.31.00

 

FRAME

Frame est un groupe de recherche et non un collectif d’artistes. En ce sens, il met en place un «cadre», des principes de travail et d’expositions (scénographie/collaboration ou autre…) dans lesquels évoluent des individualités.
Chaque artiste intervenant sollicitera des disciplines de recherches universitaires différentes, faisans écho avec sa pratique.
Leur travail s’inscrit dans l’idée d’immersion et de discussion avec des interlocuteurs variés et spécialisés (architectes, designers, graphistes, chorégraphes, scientifiques…) qui précisent le propos.


Pour leur première collaboration avec l’association DEL’ART et l’Université Nice Sophia Antipolis, les chercheurs et artistes de FRAME ont élaboré Looking for Search, une proposition individuelle et collective autour de la quête d’apprentissage et de la recherche.

Ce projet leur permet d’approfondir leur propos en sollicitant des disciplines de recherches universitaires différentes faisant écho avec la pratique de chacun.

Capture d’écran 2014-12-08 à 14.31.09 Alys Demeure – plasticienne

Née en 1984 – Vit et travaille à Paris

Diplômée de l’ENSBA de Nice (Villa Arson) en 2008, Alys Demeure obtient une licence d’Histoire de l’art en 2009, en parallèle de sa recherche plastique. Dès lors, elle mène une pratique où les unités minimales de la peinture sont croisées avec celles du contexte d’exposition et tout autre support de légitimation d’une œuvre d’art. Eléments d’architecture, supports de reproductibilité, ou même d’emballage, en somme tout dérivé conditionnant un tableau potentiel sont collectés, archivés puis réinvestis pour donner lieu à un prolongement fragile de l’image de l’art.

Capture d’écran 2014-12-08 à 14.31.09Jérôme Grivel – plasticien

Né en 1985 – Vit et travaille à Nice et à Paris

Jérôme Grivel est plasticien et musicien, diplômé de l’école nationale supérieure d’art de Nice (Villa Arson). Son travail pluridisciplinaire (sculpture, vidéo, installation) qui explore l’idée de perception aux travers des approches physiques et expérimentales a été montré en France et à l’étranger dans divers expositions collectives et salons (Galerie Catherine Issert, Salon de Montrouge, City Sonic, Arte Video Night…). En tant que musicien, hormis un travail en solo, il collabore comme bassiste et vocaliste à divers groupes allant du rock/hardcore à la musique expérimentale et improvisée (Projet Cluster, Mouton Brillant). En 2012, il participe à la création du Festival de Mai (musiques actuelles improvisées) à Nice, dont la troisième édition aura lieu en mai 2015. Il travaille actuellement à des collaborations avec le groupe de recherche FRAME ainsi qu’avec le chorégraphe Michaël Allibert (en tant que musicien et scénographe) pour deux nouvelles créations.

Capture d’écran 2014-12-08 à 14.31.09Sandra Lorenzi – plasticienne

Née en 1983 – Vit et travaille à Paris

Sandra Lorenzi est diplômée de l’Ecole nationale supérieure d’art de la Villa Arson (Nice) en 2009. Depuis, son travail a été présenté dans des institutions et des galeries en France et à l’étranger. On peut citer notamment son module au Palais de Tokyo (2011), sa participation à l’exposition Collectionneurs en situation à l’Espace d’Art Concret à Mouans-Sartoux (2011), au Show Room d’Art-O-Rama, aux deux éditions successives de Rendez-vous (2011-2012) à l’Institut d’Art Contemporain à Villeurbanne et à la National Gallery à Cape Town. Elle prépare actuellement de prochaines expositions personnelles et collectives et de nouvelles collaborations avec le groupe de recherche FRAME. Elle enseigne le volume à l’Institut Supérieur des Arts de Toulouse (ISDAT) depuis 2012 et intègre le cursus de recherche de l’I.H.E.A.P. (Institut des Hautes Etudes en Arts Plastiques) en 2014. Sandra Lorenzi est représentée par la galerie Martine et Thibault de la Châtre.

Capture d’écran 2014-12-08 à 14.31.09Stéphanie Raimondi – plasticienne

Née en 1983 – Vit et travaille à Paris

Stéphanie Raimondi est diplômée en 2008 de l’École nationale supérieure d’art de la Villa Arson. Après l’obtention d’un post-diplôme de la Head à Genève en 2009, elle participe à plusieurs expositions en France et à l’étranger. Ses œuvres ont été montrées notamment à Genève à la Maison des Arts du Grütli, à Zurich, dans le cadre de Plattfform 10 qui réunit la jeune création suisse. Ses œuvres ont également été exposées à la Friche de La Belle de Mai à Marseille, pour le Printemps de l’art contemporain. Elle co-fonde le groupe de recherche Frame en 2012. Son travail de sculpture et d’installation s’oriente sur la représentation de l’espace liée à certaines fonctions cognitives, en particulier la mémoire : penser la mémoire en terme de lieux, empreindre un espace de manière physique, psychique ou virtuel, donner à voir à partir du manque.

Capture d’écran 2014-12-08 à 14.31.09Héloise Lauraire – théoricienne de l’art

Née en 1979 – Vit et travaille à Paris

Héloïse Laurier enseigne l’histoire de l’art et les arts plastiques en relation avec la notion de paysage. Diplômée d’un doctorat à l’Université Paris 8, ses recherches portent sur les parcours scéniques dans l’art contemporain.